Les enjeux dans une assurance obsèques

Perdre un proche est le pire moment dans la vie de toutes les personnes. À part les séquelles  psychologiques que cela implique sur les vivants, l’organisation et la préparation du funérailles restent un autre défi à faire. D’après le constat de CPFM (Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie), un obsèques dépense en moyenne, 4 000 € pour une inhumation et  3 500 € pour une crémation. À part cela, la famille met en moyenne 6 jours pour traiter les réglementations administratives y afférentes. Cela représente vraiment d’énormes charges pour les proches.

Si vous voulez prémunir vos proches des grandes préoccupations obligatoires et des contraintes budgétaires liées à votre mort, il faut appliquer une assurance obsèques. Cette pratique couvrira le financement de votre funérailles pour éviter que cette lourde responsabilité tombe entre les mains de votre famille. Mais ce n’est pas tout. Cela vous offre également l’opportunité d’organiser  en avance le déroulement de votre enterrement selon votre dernière volonté. De même que pour les démarches administratives, l’organisme assureur assistera et accompagnera votre famille dans la mise à terme de l’opération.

Le déroulement d’une assurance obsèques

C’est beaucoup mieux d’intégrer une assurance obsèques dès que vous atteignez 50 à 60 ans. Cela est dû par le fait que le montant de la cotisation payée dépend de votre âge et du capital assuré. Plus vous être vieux ou vielles à intégrer le processus, le paiement devient également plus couteux. Pour cela, vous avez droit à 3 modes de versement. Il y a la cotisation unique avec une seule échéance de paiement, le type temporaire payable pendant une période déterminée et la forme viagère jusqu’à la venue de votre décès.

Pour les contrats d’obsèques, si vous voulez juste un financement de votre deuil, l’assurance obsèques en capital est plus convenable. Si vous souhaitez inclure la préparation funéraire, il faut choisir entre les contrats en prestations standardisées ou personnalisées. Dans ces deux derniers cas, c’est nécessaire de consulter en amont une société de pompes funèbres pour obtenir les détails de services offerts.

Certains détails sur le contrat d’obsèques

Le bénéficiaire du capital assuré peut être un proche ou un opérateur funéraire chargé du traitement de votre enterrement. La transmission de ce capital est dispensée des droits de succession. Pour faire la souscription, adressez- vous à une banque, une entreprise mutuelle ou une compagnie d’assurance.

Une nouvelle approche dans le domaine de l’assurance obsèques

Les services de prévoyance obsèques tentent toujours d’adapter ses systèmes à la réalité existante. Avec le lancement récent du jeu réalité virtuelle Pokémon Go, de plus en plus de joueurs rencontrent chaque jour des accidents dans le monde. Le risque d’un éventuel décès tragique touche actuellement les gamers. Aussi, une compagnie d’assurance trouve l’idée de créer une assurance décès spécialement réservée aux joueurs. Le procédé permet de couvrir les frais de funérailles, d’organiser les différentes préparations cérémoniales et de faciliter les démarches administratives.

 Le fonctionnement de l’assurance décès des joueurs de Pokemon

C’est la start-up suisse Knip qui a introduit la première assurance obsèques dédiée aux passionnés de jeux  Pokemon Go en  Allemagne. La compagnie propose 10 000 € en cas de décès d’un joueur lié à la chasse aux Pokemon. En cas d’invalidité, la victime obtient une indemnisation de 30 000 €. À côté, l’organisme assureur  suisse SUVA offre également des conseils aux joueurs afin d’éviter les situations dramatiques comme les accidents. L’organisme suggère à ses clients de ne pas jouer dans les escaliers, de ne chasser que pendant le jour contrairement à la nuit et de marcher prudemment durant les parties.

Certaines anomalies observées au sein du secteur

D’après les dernières enquêtes, le processus appliqué dans la convention d’obsèques nécessite certains remaniements. Avec les opérateurs funéraires, les clients entreprennent un contrat de prestation alors qu’avec l’organisme assureur, c’est plutôt un contrat de capital. Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), nombreux consommateurs sont victimes d’un manque d’informations dans la signature du contrat. Cela est dû par le fait que la souscription des contrats se réalise souvent à l’occasion d’un simple coup de téléphone. Aussi, DGCCRF dénonce également les clauses abusives effectuées par les compagnies d’assurances obsèques, en laissant croire aux consommateurs qu’ils sont obligés d’appliquer certaines prestations telles que la garantie assistance.